PORTRAIT | D’un sport passion à une profession…

D’un sport passion à une profession : rencontre avec Cassandra Fernandes

PORTRAIT | Depuis son plus jeune âge, Cassandra Fernandes est fascinée par le domaine du sport. La jeune femme grandit aux Émirats Arabes Unis, où elle pratique son sport de prédilection, le football. À l’âge de 14 ans, elle entend parler d’un Master en droit du sport. Alors, à peine entrée dans l’adolescence, elle sait qu’elle a trouvé sa vocation. De la passion à la profession… retour sur le riche parcours de Cassandra Fernandes.

Les ITW d'ODISEA - Europe Odisea
Cassandra Fernandes, le 14 décembre 2021 après avoir prêté serment en tant qu’avocate au barreau de Californie.

À l’issue de l’entretien, Cassandra pousse un grand souffle chargé d’émotion : “ Wow. Je réalise que j’ai fait pas mal de choses et c’est bien” !

La jeune femme, âgée seulement de 34 ans, a bien de quoi être fière. “Pas mal de choses” sonne presque comme un euphémisme au regard des sept pages de son curriculum vitae et de toutes les périodes de sa vie qu’elle nous raconte.

L’horizon toujours brillant de perspectives, Cassandra Fernandes, dynamique et pétillante, continue de gravir les échelons de la vie. Et comme pour refléter celui qu’elle semble ne jamais ôter de ses lèvres, l’avenir semble lui sourire. Avec comme toile de fond, son sport passion…

Le monde à portée de main

Depuis ses 14 ans, Cassandra Fernandes, joueuse de football, sait qu’elle veut se spécialiser dans le droit du sport. Et pour réaliser son rêve, la jeune femme n’hésite pas à prendre son envol. Alors étudiante au Royaume-Uni, c’est au cours d’un séjour Érasmus en France, qu’elle découvre le Master idéal : un M2 en droit du sport et droit des affaires à l’Université d’Aix-Marseille.

Mais le Royaume-Uni et la France ne semblent pas lui suffire. La jeune femme d’origine portugaise et indienne désire une expérience nouvelle à l’international. Elle a le profil idéal. Née de parents mixtes, elle parle l’anglais à la maison mais converse également couramment en français, portugais et arabe.

Avide de connaissances sur le monde, elle postule à un stage au sein d’un secrétariat des Nations Unies puis intègre le service juridique du programme pour l’environnement de l’ONU. Cette première expérience de quelques mois à Bönn, en Allemagne, lui donne le goût du travail dans les organisations internationales. “Cette ouverture à l’international m’a beaucoup servi par la suite,” confie-t-elle.

Et dans sa vie, Cassandra ne se privera pas de bouger. De Lisbonne à la Californie, en passant par Paris, Bruxelles, Strasbourg, ou encore Marseille, la jeune femme sillonne la planète. Elle l’a bien compris : le monde est à portée de main.

 

A travers ces séjours, Cassandra ne perd pas sa passion de l’œil. Les crampons ne sont jamais bien loin. Parallèlement à ses études, elle passe les formations d’entraîneur sportif et devient coach de football.

D'un sport passion… à la Commission européenne

En 2012, Cassandra obtient un stage à la Commission européenne. Le fameux stage “Bluebook”, ou Livre Bleu. Si ce dernier, convoité par le plus grand nombre, n’est pas directement lié à la passion de la jeune femme, il semblerait que les planètes se soient alignées à son arrivée. “J’ai eu trop de chance, car dans ma première semaine en tant que stagiaire, la Commission a reçu un projet de convention sur la manipulation des compétitions sportives”, dit-elle, un sourire aux lèvres. “Comme j’étais la seule juriste du sport, ma cheffe d’unité m’a demandé de travailler dessus”. Même à la Commission européenne, sa passion lui colle à la peau.

Défendre le sport au Conseil de l’Europe

En 2015, alors qu’elle passe le concours pour rejoindre le Conseil de l’Europe, la chance lui sourit une nouvelle fois. Il faut croire que sa personnalité solaire attire la bonne fortune. Cassandra réalise avec joie que le sujet de l’examen porte sur la convention sur laquelle elle a eu l’opportunité de travailler à la Commission européenne. Elle intègre alors le Conseil de l’Europe et devient Juriste au sein de la division des conventions du sport.

Au sein du Conseil de l’Europe, Cassandra se charge d’un projet européen qui deviendra mondial : “Carton Rouge à la Criminalité dans le Sport.” Ce dernier vise à fournir une assistance technique aux pays pour la mise en place de mesures de lutte contre la manipulation de compétitions sportives.

Le projet est un véritable succès au niveau européen, et fait la plus grande fierté de la jeune femme. “On a vraiment réussi à mettre en place des réseaux de plusieurs parties prenantes et réussi à élever le sujet au niveau politique. On a réussi à obtenir 600 000 euros de financements des pays et des organisations internationales pour continuer le projet,” relate-t-elle avec émotion.

Une femme dans un monde encore machiste

Cassandra a su se faire une place dans le domaine du droit du sport par passion et avec une détermination inébranlable. Elle souligne tout de même que les femmes se font rares dans cette sphère. “Il est extrêmement important de se soutenir en tant que femmes dans ce domaine” insiste-t-elle, “surtout quand on est jeune.” Au-delà de l’amour pour son métier, la juriste juge nécessaire “d’avoir la peau dure.”

Non sans peine, elle évoque la jalousie qui tend à exister dans cet environnement.“On peut dire des choses derrière ton dos ; il faut savoir rester fidèle à soi-même.” Elle se confie : “j’ai encore des choses à apprendre car je peux être un peu sensible.”

Malgré les commentaires hostiles auxquels elle a pu être confrontée, la trentenaire donne une nouvelle fois une leçon de sagesse et de bienveillance. “On peut être gentille dans ce domaine, même si parfois c’est pris pour de la naïveté,” assure-t-elle. Néanmoins, elle garde la tête sur les épaules : “il faut savoir comment garder son crédit.”  L’essentiel, c’est de “savoir qui sont ses alliés” et surtout, de “savoir compter sur eux.”

Les promesses de l'avenir...

Pas à pas, Cassandra Fernandes enrichit son parcours d’expériences et d’apprentissage. Si la chance lui sourit de temps à autres, la jeune femme n’en est pas moins méritante. D’une énergie débordante et contagieuse, Cassandra Fernandes mêle avec brio passion et professionnalisme pour atteindre ses objectifs de carrière.

Cassandra est insatiable. En 2019, alors qu’elle travaille encore au Conseil de l’Europe, elle entreprend un deuxième Master en Droit des Affaires à l’Université de Berkeley afin d’être éligible au barreau. Le 14 décembre 2021, Cassandra Fernandes est officiellement admise au barreau de Californie en tant qu’avocate. Après deux années partagées entre études et travail, c’est une consécration.

Une nouvelle page s’ouvre alors pour la jeune femme, qui ne manque ni de peps, ni de ressources pour écrire ce roman…

– Rédac : SC / Rédac-chef : EJ

Partager l'article :