LIFE, programme européen désormais ouvert aux PTOM

LIFE (L’Instrument Financier pour l’Environnement) est un programme européen qui soutient des projets dédiés à l’environnement et au climat. Depuis 2021, le programme peut financer les projets des Pays et Territoires d’Outre-mer (PTOM). 

Le 30 Septembre 2021, l’équipe d’Europe Odisea a eu l’opportunité de participer à un atelier interactif LIFE, organisé par l’Association des Pays et Territoires d’Outre-Mer (OCTA). 

Au travers d’activités interactives, Julien BAUDRY, chargé de projets LIFE Nature et Biodiversité et Anne DEVIEILLETOILE, chargée de projets européens en Ressources et éco innovations pour Enviropea ont formé les participants des PTOM à la construction d’un dossier LIFE complet. Enviropea est une association basée à Paris et spécialisée en financements européens dans les domaines de l’environnement et du climat. Deux heures durant, les auditeurs ont pu s’entraîner à la rédaction de deux éléments phares d’un dossier : le cadre logique et les actions. 

Si un atelier de deux heures est nécessaire pour apprendre à rédiger un projet éligible aux financements, c’est parce que LIFE est un programme européen complexe. Il nécessite d’être extrêmement pointilleux. Les porteurs de projet des PTOM, nouvellement éligibles au programme, doivent alors assimiler les codes d’un bon projet LIFE. 

Mais avant toute chose, qu’est-ce que le programme LIFE ?

LIFE, qu’est-ce que c’est ? 

LIFE est un programme européen qui soutient des projets liés à l’environnement et au climat. Il vise à mettre en œuvre les politiques de l’UE sur tout ce qui touche à la protection de l’environnement. Il s’inscrit sur une durée de 7 ans et fonctionne avec des subventions par appel à projet annuel. C’est le seul programme européen qui finance uniquement des projets environnementaux.

Pour la période 2021-2027, le programme LIFE comprend un budget de 5,4 milliards d’euros. Cela représente une hausse de 60% par rapport à 2014-2020 (3,2 milliards d’euros).

En plus de cette augmentation du budget, la structure du nouveau programme LIFE a été élargie. Les deux catégories précédentes, « Environnement » et « Action pour le climat », sont remplacées par 4 sous-programmes distincts :

  • Nature et Biodiversité
  • Economie circulaire et Qualité de vie
  • Atténuation du changement climatique et adaptation à celui-ci
  • Transition énergétique propre 

LIFE : quels projets sont éligibles ? 

Le programme européen LIFE est connu pour sa difficulté à accorder des fonds. Chaque projet doit être extrêmement précis.

LIFE est un programme axé sur l’environnement, et non sur la recherche. Les projets LIFE doivent avoir un impact concret sur la nature. Ces résultats environnementaux doivent être quantifiés. Par exemple le projet doit clairement indiquer une amélioration de la situation de X%. 

Pour être retenus, les projets prétendant aux financements LIFE doivent répondre à une des quatre politiques prioritaires du programme 2021-2027. Les porteurs de projet doivent être capables de démontrer que le projet répond à des politiques européennes spécifiques. Il est nécessaire de faire référence à des textes européens précis. 

Chaque projet est soumis à l’approbation de la Commission européenne. Cette dernière accepte généralement le financement d’entre 100 et 200 projets par an. 

Une des principales nouveautés du programme LIFE 2021-2027, c’est l’éligibilité des Pays et Territoires d’Outre-mer (PTOM) aux financements LIFE. 

PTOM et RUP,  quelle différence ? 

Jusqu’à présent, les financements LIFE n’étaient pas disponibles pour les projets des PTOM, mais seulement pour les Régions Ultrapériphériques (RUP). 

Quelle est la différence entre les deux ? 

Les RUP de l’Union européenne sont des îles, des archipels ou territoires éloignés du continent européen, mais qui font partie intégrante de l’Union européenne. 

Au total, L’UE compte neuf régions ultrapériphériques : 

  • Cinq départements français ont le statut de RUP : la Guadeloupe, la Guyane française, la Martinique, la Réunion et Mayotte.
  • Une collectivité française : Saint-Martin. 
  • Deux régions autonomes portugaises :  les Açores et Madère 
  • Une communauté autonome d’Espagne :  les îles Canaries

En revanche, les Pays et Territoires d’Outre-mer (PTOM) dépendent des États membres de l’UE, mais ne font pas partie intégrante de l’UE. Les PTOM sont au nombre de 25, et parmi ceux-ci on retrouve notamment la Polynésie française, la Nouvelle Calédonie, Saint-Barthélemy, mais aussi le Groenland, les Bermudes, Curaçao et bien d’autres. 

Depuis cette année, les projets LIFE sont éligibles dans l’ensemble des 25 PTOM, ce qui élargit grandement le cadre géographique de ce programme. Le programme LIFE est un outil extrêmement utile pour préserver la biodiversité de ces territoires, qui sont particulièrement vulnérables au changement climatique. 

Mais concrètement, un projet LIFE, ça donne quoi ? 

Exemples de projets LIFE dans les RUP

Certains projets LIFE ont déjà été menés dans les RUP.  En voici quelques exemples.

 

  • LIFE+ CAP DOM – Guyane, Martinique, Réunion (2010 – 2015 ) 

Lancé en 2010, le projet LIFE+ CAP DOM a visé la protection de la biodiversité ultra-marine.

Pendant cinq ans, le projet LIFE+ CAP DOM a mené des actions innovantes pour enrayer le déclin des oiseaux en danger et protéger la biodiversité en Guyane, en Martinique et à La Réunion. Il est le premier projet européen de protection de la nature inter-DOM. 

Sur un budget total de 2,25 millions d’euros, l’enveloppe LIFE constituait 1,11 millions d’euros pour ce projet.

Au total, après 5 ans d’actions, ce projet a mené à un succès quantifiable. LIFE+ CAP DOM, grâce à une méthode optimisée de lutte contre les rats, est parvenu à faire augmenter la population de tuit-tuit à la Réunion (L’échenilleur de La Réunion), espèce en danger d’extinction critique, de 50%. Cet exploit ne constitue qu’un exemple des nombreuses réussites de ce projet.

De nombreux projets LIFE sont toujours en cours, c’est le cas d’ADAPT’ISLAND en Guadeloupe. 

 

  • ADAPT’ISLAND  – Guadeloupe (2019 – 2024) 

Ce projet d’un budget de 4,7 millions d’euros, dont 2,5 millions venant de l’Union européenne, a pour but d’améliorer la résilience du territoire guadeloupéen contre les aléas climatiques. 

ADAPT’ISLAND a débuté en 2019, et prévoit de cibler 3 écosystèmes en 5 ans : les récifs coralliens, les herbiers marins, ainsi que les mangroves. 

Le projet se déroule autour de deux axes : innover pour réhabiliter les espaces naturels protégeant nos territoires et diffuser les bonnes pratiques auprès de différents publics-clés. 

Le projet prévoit, entre autres, de protéger plus de 5 600 hectares de côtes; de restaurer 45 000 mètres de récifs coralliens en plantant plus de 15 000 spécimens de coraux sur des sites dégradés ou encore d’ informer 1 200 enfants des stratégies d’adaptation climatique implémentées d’ici 2024.

 

Comme le démontrent ces deux exemples, les projets LIFE ont des objectifs clairs et précis, et se traduisent généralement par des succès. Les appels à projet 2021 sont désormais publiés sur le site de l’Agence exécutive européenne pour le climat, les infrastructures et l’environnement (CINEA). 

Auteure : SC

Partager l'article :